pic403

Nouvelles

le 09 novembre à 13:00
le 01 février à 12:00

Le Centre de femmes du Haut-Richelieu est à la recherche de trois candidates souhaitant contribuer de leurs temps bénévolement, plus particulièrement, mais non exclusivement dans les champs de compétences suivants : communications et relations publiques, gestion financière, levée de fonds, gestion des ressources humaines, droits du travail, gouvernance d’OBNL.

blog1732
le 15 décembre à 14:00
Saint-Jean-sur-Richelieu, le 14 décembre 2016 – À l’approche du temps des fêtes, l’Opération des délices de Noël est déployée annuellement à l’échelle du Québec par le mouvement des cuisines collectives.


Se joignant aux 10 000 cuisinières et cuisiniers du mouvement, un groupe de cuisine collective du Centre de femmes du Haut-Richelieu à Saint-Alexandre a concocté des délices de Noël. Une partie des plats cuisinés au mois de décembre a été remise au maire de leur municipalité, monsieur Luc Mercier, un geste visant à sensibiliser les élus locaux à la réalité des personnes qui participent au groupe de cuisine. Ces dernières cuisinent en groupe pour le plaisir, et surtout pour s’approprier ou se réapproprier les notions culinaires en vue d’avoir des repas nourrissants et sains en réserve. En participant au groupe de cuisine collective, les citoyennes et citoyens brisent leur isolement, créent des liens amicaux, découvrent des mets, en plus d’économiser !


Afin de promouvoir une saine alimentation, le Centre de femmes invite également toutes les citoyennes et citoyens à prendre le temps de cuisiner en famille et entre amis, car cuisiner ensemble rapproche, rassemble et fortifie la santé physique et psychologique de toute la communauté.

Cuisiner ensemble, un p’tit plat de plus pour le droit à l’alimentation


«Chaque semaine, des personnes se présentent dans l’un ou l’autre des 1 300 groupes de cuisine collective du Québec pour y préparer des plats simples et savoureux pour elles-mêmes et leurs proches. C’est ce qui se passe chez nous, au Centre de femmes du Haut-Richelieu», explique Esther Prince, coordonnatrice des initiatives en sécurité alimentaire. «Au cours des prochains jours, nous offrirons à des personnes influentes de notre région nos délices de Noël afin de les inciter à contribuer l’accès à une saine alimentation pour chaque citoyenne et citoyen.»


«Les cuisines collectives opposent une résistance patiente au problème croissant de la production et de la consommation d’aliments ultra-transformés», explique Sylvie Sarrasin, présidente du Regroupement des Cuisines Collectives du Québec (RCCQ). «L’augmentation du prix des aliments de base se constate aisément. Cuisiner en famille, entre amis ou en cuisine collective amoindrie l’effet de ces augmentations qui minent le droit de toutes et tous à une saine alimentation», ajoute-t-elle.


Annuellement, 10 000 personnes au Québec préparent ensemble plus de 1,4 million de portions au sein de l’un ou l’autre des 1 380 groupes de cuisines collectives, lesquelles sont soutenues depuis plus de 25 ans par le RCCQ.
blog1479
le 20 juin à 10:00

 

Le Centre de femmes du Haut-Richelieu inaugurait aujourd’hui la 2e édition du jardin urbain « Cultivons notre assiette» en présence de la conseillère municipale du district numéro 1, madame Mélanie Dufresne.

Pour l’occasion une vingtaine de citoyennes et citoyens ainsi que les représentantes et représentants d’organismes communautaires partenaires au projet se sont réunis au coin des rues Frontenac et Jacques-Cartier Sud pour présenter leurs installations de jardinets à la communauté.

blog1296
le 01 février à 12:00

La sortie publique d’Emma Watson au sujet de l’égalité hommes-femmes à l’Organisation des Nations Unies en 2014 a engendré plusieurs questionnements au sujet de la place que doivent occuper les hommes dans les différents combats menés par les groupes féministes. La campagne HeForShe (lui pour elle), portée par la protagoniste des films Harry Potter, s’inscrit à l’instar d’un mouvement mondial pour l’unification des hommes et des femmes dans la lutte à l’égalité. HeForShe est donc un mouvement de solidarité qui vise à conscientiser les hommes par rapport à leur position « d’homme »; position qui induit un pouvoir d’action ayant potentiellement plus d’influence, simplement parce qu’elle est tenue par des hommes. Comme vous le savez sans doute, le féminisme qualifie, notamment, la lutte à l’égalité hommes-femmes. Rappelons-nous également que les luttes féministes dénoncent, entre autres, le patriarcat: l’organisation sociale du pouvoir qui privilégie les hommes. La campagne HeForShe est une façon de mettre à profit leur position privilégiée dans la lutte à l’égalité. Si cela semble être un pas dans la bonne direction, pourquoi certains mouvements féministes sont-ils réfractaires à ce type de mobilisations mixtes? Faisons-nous une tête à ce sujet!

1  2 
Message
Ok
AnnulerConnexion